You are currently viewing Les téléphones portables sont des « chevaux de Troie »​ de microbes

Les téléphones portables sont des « chevaux de Troie »​ de microbes

Votre téléphone portable vous suit partout, au travail, au restaurant, à la plage, dans le métro, et même dans votre chambre. Seulement voilà : votre chéri à touches est un vrai « crado », un pouilleux, voire pire. En effet, selon une étude britannique réalisée par le département de microbiologie de l’université de Manchester, votre cellulaire abriterait environ cinq cents fois plus de bactéries que le siège des toilettes !

Parmi ces ennemis intimes qui s’invitent au creux de vos oreilles ou au bord de vos lèvres des dizaines de fois par jour, on retrouve un vivier de « bébêtes » microscopiques, allant d’Echerichia coli aux salmonelles, en passant par les streptocoques ou staphylocoques dorés. « Le mobile, manipulé par des mains pas toujours propres, comporte davantage de bactéries de peau que n’importe quel objet, à cause de la chaleur générée par le téléphone, parfaite pour leur développement. Ces bactéries sont gardées bien au chaud dans nos sacs et nos poches », écrivent les chercheurs britanniques.

Peu ragoûtant, certes, mais pas encore trop dangereux si vous êtes en parfaite santé. L’affaire se corse un peu, selon certains, en milieu hospitalier. Un scientifique israélien, spécialisé dans les maladies infectieuses et l’épidémiologie hospitalière, vient de rendre publique une étude surprenante. Constatant d’importantes contaminations des appareils médicaux au sein de son service, il a émis l’hypothèse qu’elles pourraient tout simplement provenir des téléphones cellulaires du personnel. Il a alors procédé au dépistage d’une des bactéries les plus présentes dans les hôpitaux de son pays, l’Acinobacter baumanii. Des prélèvements ont été effectués sur les mains et les combinés de 70 médecins et 53 infirmières. Résultat : 12% des téléphones étaient porteurs de cette bactérie dangereuse, le taux passant à 24% pour les mains du personnel.

Certains chercheurs soupçonnent donc le portable d’être un vecteur potentiel d’infections nosocomiales. Et on imagine aisément comment se ferait la contamination : les soignants se lavent soigneusement les mains, portent des gants, puis le téléphone sonne et ils se recontaminent en répondant à l’appelâ?

Paradoxalement, la saleté de nos combinés arrange les affaires des industriels : il existe désormais des lingettes spéciales pour désinfecter les portables « en trente secondes », tandis que les fabricants d’ordinateurs et de téléphones se creusent la tête pour mettre au point des revêtements antibactériens.

L’une des solutions utilisées pour résoudre le problème est le cuivre. La capacité antimicrobienne de ce minéral est parmi les plus efficaces, ce qui a conduit à utiliser le métal pour prévenir la contagion par des germes, des bactéries et des virus.

Parmi la variété de plaques de cuivre à utiliser dans les téléphones portables, se démarque SMART PLUS® car il offre une protection contre tout micro-organisme ou agent pathogène qui met la santé en danger, c’est pourquoi il est considéré comme l’un des plus fiables du marché.

Le produit est sûr et naturel et offre également une protection proactive, c’est-à-dire qu’il agit en permanence contre le danger posé par les germes.

La chose la plus intéressante est que la plaque tue 99,99% des germes, elle est 100% naturelle, elle n’utilise pas de produits chimiques, elle est 100% durable et elle dure toute une vie.

Comment ça marche?

La plaque SMART PLUS® est fine et très légère, elle est collée avec de l’adhésif. Il est conçu pour adhérer au téléphone portable sans interférer avec son fonctionnement normal. C’est pour cette raison que si le produit entre en contact avec un agent pathogène, il provoque la rupture de la membrane cellulaire ou de la protéine virale, et la cellule ou le virus est exposé, provoquant sa mort.

Il est important de comprendre que le pouvoir de destruction des germes reste fort pendant toute une vie, il ne diminue jamais. Et il a aussi la capacité d’éliminer les micro-organismes même à une distance de 50 cm avec une efficacité de 70 %.

Laisser un commentaire